> Le métier de directeur de C.I.O. > Plates formes, labellisation, personnels…

Plates formes, labellisation, personnels…

1er septembre 2012


194 CIO ont répondu, de 72 départements couvrant 24 académies

Plates formes de suivi et d’appui aux décrocheurs

oui non
1 - Êtes-vous coordonnateur de plate forme de suivi et d’appui aux
décrocheurs ?
61% 39%
1 - 1 Pour la coordination de plate-forme, avez-vous bénéficié de réunions
de préparation de la part des autorités académiques (rectorat, IA) ?
63% 22%
1 - 2 …ou départementales (préfecture, sous préfecture) ? 43% 34%
1 - 3 Commentaires éventuels sur la position de votre CIO dans le cadre des plates formes

75 collègues ont formulé des observations

SPO

oui non
2 - Êtes-vous (ou serez-vous) responsable de coordination locale pour le
SPO (« Tête de réseau », « Animateur local » ou autres appellations…) ?
25% 44%
2 - 1 Pour la coordination du SPO, avez-vous bénéficié de réunions de
préparation de la part des autorités académiques (rectorat, IA) ?
45% 40%
2 - 2 …ou régionales (conseil régional, DIRECCTE) ? 31% 49%
2 - 3 Commentaires éventuels sur la position de votre CIO dans le cadre du SPO

76 collègues ont formulé des observations

Votre CIO

oui non
3 - Avez-vous eu des suppressions de postes au cours des deux dernières
années ?
11% 82%
4 - Avez-vous des COP contractuels ? Nombre total de postes Nombre de contractuels
1085,9 280,9
soit : 26%
oui non
5 - La fermeture de votre CIO est-elle envisagée ? 12% 86%
6 - Est-il question de vous reloger à moindres frais ? 19% 72%
7 - Commentaire libre et facultatif sur la situation générale de votre CIO, le partenariat local ou tout autre thème

83 collègues ont formulé des observations

Pour la 1 partie, relative aux plates-formes, les réponses montrent à quel point les services ont été sollicités.

Plus de 60% des collègues sont coordonnateurs de ces plates-formes et vos réponses indiquent assez souvent que, même en n’ayant pas la dénomination « officielle » de la coordination, le travail est fait
par le CIO.

Par ailleurs, nombreux sont ceux qui indiquent que le travail en partenariat sur le suivi des décrocheurs existait déjà, bien avant la mise en place de ces plates-formes.

Une immense majorité d’entre vous souligne toutefois qu’un temps énorme est consacré à corriger l’inexactitude des listes fournies par RIO.

Nous ne citerons qu’un seul commentaire, tout à fait représentatif :
« Travail très ingrat pour le résultat : 19 réels sans solution sur 929 dans la première campagne ! (…)
Mais globalement le travail partenarial qui existait déjà s’approfondit »
Soulignons enfin que ce travail est assumé en règle générale par le (la) DCIO. Un de nos collègues le chiffre à l’équivalent d’une journée par semaine.
Or, la situation est très inégale. Certains CIO ont pu recruter des contractuels pour assurer notamment
tout le travail de secrétariat, alors que dans d’autres, c’est au contraire à la suppression des personnels
administratifs que les collègues doivent faire face.

Pour la 2e partie, la situation est moins claire. En effet, plus du tiers des réponses indiquent que la décision n’est pas prise (au moment où la réponse a été envoyée, bien sûr.)

De plus, les réponses négatives sont parfois ambiguës, parce que les commentaires qui les suivent laissent penser que le « non »
signifie en fait « peut être » ou « pas encore »…

Cette indécision se reflète dans les réponses concernant la préparation de ces différents dispositifs par les autorités académiques et/ou départementales : 63% des réponses indiquent que les plates-formes
ont été préparées par les autorités académiques, alors que ce taux tombe à 45% pour les dossiers de labellisation.

Cela nous conduit à envisager l’envoi d’un deuxième questionnaire, centré sur le sujet de la labellisation. En effet, non seulement la situation dans les académies n’était souvent pas réglée au moment
de l’envoi du premier questionnaire, mais en outre, les commentaires des collègues laissent entrevoir que ce
sujet est beaucoup plus délicat que celui des plates-formes.

Pour la3ème partie, les réponses sont tout a fait préoccupantes. Certes, le nombre de réponses
mentionnant des suppressions de postes est relativement faible (11%).
Mais à chaque fois, il s’agit de la
suppression du poste de DCIO. Cela conduit de nombreux collègues à devoir assumer la direction de deux CIO.

Il est clair que nous sommes devenus la variable d’ajustement du système, au moment même où les
deux dispositifs majeurs mis en place dernièrement – et particulièrement celui des plates-formes – reposent
essentiellement sur les épaules du DCIO. Ce traitement des personnels est inacceptable et nous ne
manquerons pas d’en informer nos interlocuteurs à venir.

Par ailleurs, 12 % des collègues signalent des menaces de fermeture, ce qui doit nous conduire à
une analyse plus fine de la situation de ces CIO.
Au delà des ces éléments radicaux (fermeture, suppression du poste), vous êtes nombreux à
signaler l’indigence des budgets, et surtout des problèmes récurrents liés à la suppression des postes


Répondre à cet article



mieux vu avec Firefox